• Gazouyi

L'acquisition du langage : Bien faire les choses en se trompant

Mis Ă  jour : juil. 9

đŸ™‡â€â™€ïž « Pourquoi vous taisez ça », « Regarder les chevals ». Ça vous dit quelque chose ?

Croyez-le ou non, quand les enfants font ce genre d’erreurs, ils font un grand pas en avant vers la maütrise complùte de leur langue maternelle !


On trouve des preuves de la beautĂ© du cerveau des enfants dans ce qui est un exemple minuscule mais puissant du moteur brillant de l’acquisition du langage : l’application d’une rĂšgle et
 se tromper !


😌 Lorsqu’ils apprennent Ă  parler, les enfants ne se contentent pas de mĂ©moriser les phrases qu’ils entendent. Ils sont en mesure de dĂ©gager les rĂšgles mĂȘmes qui guident l’utilisation du langage. Ce talent d’utiliser des rĂšgles est ce qui les rend capables de former de nouvelles phrases, de nouvelles combinaisons de mots qu’ils n’ont jamais rencontrĂ©es auparavant. C’est pourquoi les erreurs commises par les enfants dans les premiĂšres Ă©tapes de la production du langage offrent une fenĂȘtre unique sur le fonctionnement interne de leur cerveau et reprĂ©sentent l’une des Ă©tapes les plus importantes du dĂ©veloppement du langage.

Regardons de plus prĂšs le type d’erreurs que font les enfants, et pourquoi ils sont la clĂ© mĂȘme de la maĂźtrise du jeu de langage !


🗣 L'Ă©tape des premiers mots


Vers l’ñge d’un an, les enfants commencent Ă  prononcer leurs premiers mots. Cela se fait principalement en imitant les sons des adultes, et leur utilisation est Ă©troitement liĂ©e aux objets ou Ă©vĂ©nements prĂ©sents, un simple mot comme « eau » pourrait ĂȘtre utilisĂ© pour transmettre un message plus complexe, comme faire une demande : « Je veux de l’eau ».

Au cours de cette Ă©tape, les enfants peuvent faire des erreurs de surestimation : ils choisissent souvent un seul mot pour Ă©tiqueter plusieurs choses diffĂ©rentes. Ainsi, tout animal Ă  quatre pattes peut devenir un « chien » ou tout homme un « papa ». Inversement, ils peuvent Ă©galement ne pas Ă©tendre le bon mot Ă  d’autres membres de cette catĂ©gorie : ceci est connu comme une erreur de sous-extension. Dans ce cas, ils ne qualifieraient pas un berger allemand de « chien » ! GrĂące Ă  ce processus, un enfant est capable d’apprendre les reprĂ©sentations mentales Ă  la base mĂȘme du langage : le lien entre un mot et l’objet auquel il se rĂ©fĂšre, ainsi que la relation entre les concepts eux-mĂȘmes.


Le début de langage


đŸ‘¶ Vers l’ñge de 18-24 mois, le cerveau des enfants grandit Ă  un rythme impressionnant, des milliards de nouvelles connexions se forment, et c’est Ă  partir de ce moment que l’acquisition du langage progresse le plus. Peu Ă  peu, ils passent de l’« Ă©tape d’un mot » Ă  l’« Ă©tape de deux mots », c’est ici que nous obtenons le premier aperçu de leur talent sans effort pour appliquer des rĂšgles Ă  la langue.

Quelques mois aprĂšs avoir produit des phrases d’un mot, les enfants commenceront Ă  explorer comment les mots peuvent ĂȘtre combinĂ©s pour crĂ©er de nouvelles significations : mĂȘme ce premier discours est Ă©tonnamment structurĂ©, habituellement axĂ© sur les noms et les verbes.

C’est durant cette phase que l’on entend des phrases comme « plus d’eau » (je veux plus d’eau). Ce n’est pas le genre de phrase qu’il aurait pu entendre d’un adulte : ils nous enseignent que la langue n’est pas une simple tĂąche de mĂ©morisation et de rĂ©cupĂ©ration, mais un processus productif et crĂ©atif. Et comme lors de la pratique de tout processus crĂ©atif, parfois les choses peuvent sortir de l'ordinaire.

📝 L'apprentissage en forme de U


A partir d’environ 2 ans, on commence Ă  voir un schĂ©ma bizarre : aprĂšs une pĂ©riode de production correcte de formes mĂȘme trĂšs irrĂ©guliĂšres, les enfants passent par une longue Ă©tape dans laquelle ils commencent Ă  faire des erreurs. Ce modĂšle est connu comme l’apprentissage en forme de U : bonne performance suivie de mauvaises performances suivies de bonnes performances Ă  nouveau. C’est un modĂšle de dĂ©veloppement commun dans de nombreux domaines cognitifs, mais il est particuliĂšrement Ă©vident et intĂ©ressant dans l’acquisition du langage : c’est au cours de ces Ă©tapes que nous pouvons observer certains des rĂ©sultats les plus fascinants du processus inconscient d’apprentissage des rĂšgles des enfants.

La surrĂ©gulation est le phĂ©nomĂšne le plus frĂ©quent qui Ă©merge de ce modĂšle d’apprentissage en U : les premiĂšres erreurs apparaissent lorsque les enfants commencent Ă  modifier les mots afin de transmettre des actions passĂ©es ou d’indiquer une forme plurielle. En d’autres termes, quand ils commencent Ă  comprendre comment un mot peut ĂȘtre modifiĂ© pour exprimer diffĂ©rentes significations.

Ensuite, ils commencent Ă  comprendre qu’il y a une rĂšgle qui peut aussi ĂȘtre utilisĂ©e et Ă©tendue aux nouveaux verbes : ajoutez simplement « des » devant un mot et vous parlez au pluriel ! Avec cette nouvelle dĂ©couverte passionnante, ils Ă©tendront ce modĂšle aux formes irrĂ©guliĂšres aussi : « des chevals », « des oeils ». Cette surĂ©gularisation se produit Ă  un rythme presque constant jusqu’aux annĂ©es d’ñge scolaire, et affecte la plupart des verbes irrĂ©guliers, ainsi que les formes plurielles irrĂ©guliĂšres (p. ex., les yeux).


Une expĂ©rience cĂ©lĂšbre, le test wug, a montrĂ© Ă  quel point l’application de la rĂšgle pour former le pluriel vient naturellement aux enfants aprĂšs 4 ans. Ils le font mĂȘme avec des mots qui n’existent pas !

Mais quand il s’agit de formes irrĂ©guliĂšres, cette application de rĂšgles est « bloquĂ©e », et le mot correct est rĂ©cupĂ©rĂ© de la mĂ©moire : malgrĂ© cela, la mĂ©moire des enfants n’est pas assez forte pour garantir une rĂ©cupĂ©ration parfaite. Lorsque cette rĂ©cupĂ©ration Ă©choue, la rĂšgle est appliquĂ©e, ce qui entraĂźne une sur-rĂ©glementation.